LA GUERRE DES GRATUITS SUR LE WEB

Voir l’article original

Sur le papier, 20 Minutes, Metro et le réseau Ville Plus sont à couteaux tirés. Sur Internet, en revanche, ils ont une stratégie distincte… et des résultats inégaux.

Sur le papier, la bataille est serrée entre les quotidiens gratuits 20 Minutes, Metro et ceux du réseau Ville Plus. En revanche, sur Internet, chacun y va de sa stratégie. Bolloré Média a ainsi choisi de ne pas s’y investir. «Notre priorité reste le papier. Il nous faut notamment compléter le maillage des villes en ouvrant des éditions à Nice et à Toulouse dès le début 2009, puis à Strasbourg, indique Gaël Blanchard, président de Bolloré Intermédia. Internet sera la partie finale de notre développement. »
À 20 Minutes, la stratégie est inverse. Depuis mars 2007, date de la nouvelle édition du site, le groupe a redoublé d’efforts et de moyens sur le Web, avec notamment une équipe de 20 journalistes et de 6 commerciaux. Le résultat est payant: 20minutes.fr est le quatrième site d’information, totalisant 3,5 millions de visiteurs uniques en septembre selon Médiamétrie-Net Ratings, derrière lemonde.fr, lefigaro.fr et TF1 News. La recette du succès? «L’essentiel tient au site lui-même, avec une page d’accueil longue et non rubriquée, un traitement de l’info très réactif. Nous avons construit une offre vraiment éditorialisée, sans flux de dépêche, et avec une partie communautaire de 20% environ», résume Hélène Fromen, la directrice des nouveaux médias.
Metrofrance.com accuse pour sa part un certain retard, avec 805000 visiteurs uniques.«Nous n’avons pas dépensé les mêmes sommes, rétorque Jean-Michel Arnaud, le nouveau président de Metro France. L’investissement va du simple au quadruple entre metrofrance.com et 20minutes.fr.» Le titre est aussi pieds et poings liés par la stratégie internationale du groupe. Une paternité qui peut être une force, mais aussi, dans ce cas, une faiblesse.

Encadré:

L’impact de la crise
Les temps sont durs pour des journaux qui dépendent exclusivement de la publicité.Metro admet que le dernier trimestre est particulièrement difficile, avec des annulations ou des reports de campagnes. 20 Minutes est sur la même tendance. Seul le dernier-né des quotidiens gratuits, Direct matin, et son réseau en région est optimiste. «Nous avons enregistré un chiffre d’affaires record en septembre et nous restons en ligne pour un retour à l’équilibre en 2012», indique Gaël Blanchard, de Bolloré Intermédia

 

Voir l’article original